Zoom sur les jeux vidéo rétro ayant connu un succès fulgurant

Lecture : 10min
meilleurs jeux retro histoire gaming

Les jeux rétro sont un sujet d'intérêt pour la plupart des passionnés de gaming, car ils éveillent en eux des souvenirs agréables et des sensations oubliées depuis des années. Il s'agit de titres qui ont bercé notre enfance, avec des centaines d'heures au compteur manette en main, et des rouages connus par cœur à force de répétition. Ce sont aussi des jeux dont le succès fut immense au point de devenir de grands classiques. Tour d'horizon des meilleurs jeux rétro de l'histoire du gaming.

Pro Evolution Soccer 2006

PES 2006 apparait comme une édition spéciale de la franchise de simulation sportive de Konami, notamment à cause de l'équipe du club italien Inter Milan dont la rumeur veut qu'elle soit la préférée du producteur exécutif Shingo Takatsuka.

Il y a de quoi croire cette rumeur quand on voit les attributs statistiques de l'armada alignée, notamment avec la flèche Obafemi Martins, le génial Alvaro Recoba, et l'empereur Adriano, cette légende de l'histoire de la licence.

Le Brésilien était en effet aussi terrifiant que dans la réalité, solide sur ses appuis, endurant, agile et doté d'une frappe de mule qui martyrisait quasi-systématiquement les gardiens de but adverses.

Les graphismes de PES 2006 paraissent rudimentaires si on les compare aux standards actuels, mais pour l'époque, ils étaient de grande qualité, avec des animations fluides et réalistes, des joueurs plus reconnaissables que jamais et des stades vibrants.

La retransmission TV, avec ses commentaires passionnés et ses ralentis immersifs, contribuait à l'atmosphère authentique des matchs. La physique du ballon, de chaque passe et de chaque tir était réaliste, dans un jeu exigeant mais très gratifiant. L'introduction de la Ligue 1 a également joué un rôle majeur dans la popularité du jeu, notamment chez le public français.

Need For Speed : Most Wanted (2005)

Need for Speed est une série culte de jeux vidéo de course automobile lancée par Electronic Arts et qui a produit des titres célèbres comme Underground (2003), Carbon (2006), Undercover (2008), Hot Pursuit (2010), The Run (2011) et Rivals (2013). Mais l'édition Most Wanted de 2005 est probablement celle qui a le plus marqué les esprits, avec le grand retour des courses-poursuites policières.

Sortie à une époque où les jeux de course étaient en plein essor, elle a su se démarquer par son gameplay intense, son ambiance urbaine et sa bande-son inoubliable. Pour l'époque, les graphismes de Most Wanted étaient assurément époustouflants. La ville de Rockport, cœur de l'action, était très réaliste avec ses rues animées, ses néons scintillants et ses environnements variés.

Les modèles de voitures étaient détaillés, et les effets visuels comme les collisions et les explosions assez saisissants. Le système de course permettait des dérapages, des accélérations brusques, des évitements et dépassements, le tout dans des cinématiques spectaculaires.

Les flics omniprésents ajoutaient un élément de tension constant, vous obligeant à choisir entre prudence et témérité. On peut dire que ce jeu a marqué un tournant décisif dans la présentation des jeux de courses extrêmes en plaçant la barre qualitative à un niveau alors jamais égalé.

Def Jam : Fight For NY (2004)

Electronic Arts a lancé Def Jam: Fight for New York, un véritable banger, le 30 septembre 2004 comme opus sequel de Def Jam Vendetta (2003).

De célèbres acteurs du hip-hop et de la pop culture américaines croisent à nouveau le fer, cette fois pour le contrôle de Big Apple, et les combats atteignent un niveau de violence incroyable. Snoop Dog, Fat Joe, Busta Rhymes, Ludacris, Xzibit, Ice-T, Lil' Kim, Omar Epps, Sean Paul, Warren G, Carmen Electra, Danny Trejo et Ghostface Killah entre autres se livrent ainsi à des rixes en individuel ou en groupe, avec des K.O spectaculaires à la clé de cinématiques de coups spéciaux.

Chaque personnage dispose d'un ou de plusieurs styles (Catch, Soumissions, Kickboxing, Arts martiaux et Combats de rue), et plusieurs éléments des nombreuses arènes sont parfaitement destructibles.

Les interactions avec l'environnement apportaient une dimension stratégique au jeu, permettant de se servir d'objets pour assommer ses adversaires. Les personnages étaient bien modélisés (avec de nombreuses options de customisation vestimentaire en mode histoire) et les animations assez fluides.

L'ambiance urbaine était bien retranscrite, avec des environnements et des décors inspirés des mondes mafieux comme des pubs, clubs d'entrainement, salles de concert, clubs de dancing, stations de métro, etc. Le titre a connu un succès certain à cause de son immense potentiel immersif, et continue encore aujourd'hui d'être joué par de nombreux nostalgiques.

Grand Theft Auto : San Andreas (2004)

On ne présente plus GTA: San Andreas, le plus célèbre des Grand Theft Auto de Rockstar Games. On y retrouve des protagonistes cultissimes (Carl Johnson, Frank Tenpenny, Ryder Wilson, Salvatore Leone, OG Loc, Big Smoke, etc.) et une map de 3 villes (Los Santos, San Fierro et Las Venturas) connue sur le bout des doigts par des dizaines de millions de joueurs.

GTA, c'est aussi des cheat codes partagés par autant de passionnés, des tonnes de missions principales comme secondaires, des possibilités d'exploration et de destruction énormes dans un large monde ouvert, et des interactions possibles avec les passants. Il a su révolutionner le genre avec son approche de liberté totale et un scénario captivant.

San Andreas s'est hissé au rang de classique absolu de l'univers du jeu vidéo, avec la possibilité qu'il offrait de nager, de voler et de sauter en parachute, ce qui donnait une liberté de mouvement inédite. La conduite y était intuitive, et la multitude d'armes disponibles offraient des possibilités criminelles inouïes.

Le jeu était littéralement une ode réaliste aux gangsters qui a d'ailleurs suscité de vives critiques, même si cela ne l'a aucunement empêché de devenir l'une des productions vidéoludiques les mieux vendues de l'histoire, avec 27,5 millions d'unités écoulées à la fin de 2011.

Tekken 3 (1997)

Tekken 3 a servi de rampe de lancement à des millions d'amateurs de baston virtuelle qui se sont longtemps régalés avec Jin Kazama, Eddy Gordo, King, les sœurs Williams, Kazuya et Heihachi Mishima, Jack, Kuma, Marshall Law, Paul Phoenix, Yoshimitsu et bien d'autres.

Une musique de fond envoûtante et une multiplicité de caractéristiques individuelles pour chaque combattant ont fait le succès de cette production qui en a précédé beaucoup d'autres. Les personnages et les chorégraphies de combat étaient modélisés en 3D polygonale, ce qui constituait une première pour un jeu de combat.

Un système de juggles permettait d'enchaîner des coups aériens pour infliger des combos encore plus longs et plus dévastateurs. Le mode principal était ''Arcade'', consistant en une succession de combats contre des adversaires de plus en plus coriaces.

Le titre proposait également d'autres modes, comme ''Versus'' pour affronter un ami, ''Team Battle'' pour des combats en équipe, et « Practice » pour s'entraîner. Se souvenir de Tekken 3, c'est se remémorer des heures passées à enchaîner les combos, à découvrir les techniques et pouvoirs des différents personnages et à vibrer lors de combats intenses.

C'est aussi l'occasion de se mesurer à d'autres passionnés et de démontrer sa suprématie dans l'arène.

International Superstar Soccer (1994)

International Superstar Soccer peut être considéré comme le premier des jeux de simulation de football au sens moderne, avec un gameplay dynamique et la plupart des fonctionnalités de base intégrées.

Pour la première fois de l'histoire, Konami offre aux joueurs une expérience réaliste sur le rectangle vert, dans ce qui va devenir le précurseur des ISS Pro (aujourd'hui eFootball et plus connu sous le nom de Pro Evolution Soccer).

C'est également ce jeu qui va inspirer bien des années plus tard, les mécanismes révolutionnaires 3D de productions comme :

International Superstar Soccer avait un display en vue isométrique qui offrait une vue d'ensemble du terrain, ce qui permettait de mieux anticiper le jeu que sur les options habituelles de l'époque, et de construire des actions offensives. Il y avait aussi déjà une large variété de tactiques et de stratégies, permettant aux joueurs de personnaliser leur style.

Le système de tirs en finesse permettait de marquer des buts spectaculaires, et celui de tacles contextuels donnait plus de marge pour contrer les attaques adverses. La gestion de l'endurance et le placement des joueurs étaient également déjà des éléments clés pour remporter la victoire.

Contra (1987)

Bien avant Call of Duty (Infinity Ward, Activision, Treyarch, dès 2003), Battlefield (Electronic Arts, dès 2002), Medal of Honor (DreamWorks Interactive, Electronic Arts, dès 1999) ou encore Ghost Recon (Ubisoft, 2001), il y a eu Contra.

Ici, pas de tir tactique en 3D ni de stratégie trop élaborée dans des paysages plus vrais que nature, mais plutôt de gros muscles, des ennemis multiformes de type dessin animé et des rafales de sulfateuse en 2D avec des balles traçantes, mobiles, expansives, etc.

Les amateurs de jeux de guerre de la fin du 2ème millénaire connaissent forcément cette série de jeux de guerre, encore nommée Probotector ou Gryzor dans certaines régions du monde.

Le gameplay de Contra était intense et plutôt addictif. Le jeu proposait une large variété d'armes et de power-ups pour anéantir les ennemis qui se dressaient sans cesse sur le chemin du joueur. L'action était non-stop et le challenge constant, procurant une sensation d'adrénaline et de satisfaction à chaque ennemi vaincu et à chaque victoire.

Le style run and gun a été bonifié et parfaitement exploité ici, ainsi que sur la plupart des autres productions d'une licence qui est en définitive un souvenir impérissable pour les gamers, surtout ceux sur les consoles Nintendo Entertainment System.

Super Mario Bros. (1985)

Bien plus qu'un classique absolu, Super Mario Bros. de Nintendo est considéré comme le visage du monde vidéoludique pour avoir largement contribué à définir l'esthétique des jeux de plateforme pour les années suivantes, même s'il est aujourd'hui globalement supplanté dans ce statut par des productions plus modernes comme God of War ou Red Dead Redemption.

Les aventures des frères plombiers italiens Mario et Luigi ont été reprises et adaptées des dizaines de fois dans diverses industries, même celle des jeux d'argent.

Super Mario Bros. est une icône culturelle pour plusieurs générations de gamers dont beaucoup aujourd'hui encore sont toujours ravis de refaire les parcours et labyrinthes du Royaume Champignon pour vaincre les koopas et leur chef Bowser, afin de sauver sans cesse la princesse Peach.

Les étoiles d'invincibilité, les échelles végétales, les plantes carnivores, les trésors cachés, les pièces rémunératrices, les boules de feu, etc., sont autant d'éléments connus par des milliards de joueurs. Tout en étant aisé à prendre en main, le gameplay nécessitait des niveaux d'habileté croissants, qui ont participé à l'énorme potentiel immersif du titre.

Le mode principal était ''Aventure'', une succession de niveaux répartis sur 8 mondes. Il y avait aussi un mode ''Deux joueurs'' pour une expérience coopérative.

Battle City (1985)

Encore connu sous le nom de Tank, Battle City de Namco met en scène une bataille de mini-chars d'assaut dans une succession de niveaux d'arènes, avec un mode « Construction » pour moduler son propre champ de bataille.

Des power-ups apparaissent régulièrement à l'écran et permettaient par exemple de faire exploser les adversaires, d'augmenter sa puissance ou sa cadence de tir, de créer un champ de force protecteur, etc.

Les chars sont eux aussi de plusieurs types, et il s'agit généralement de détruire les constructions afin de dégager suffisamment d'espace pour la bataille. La vue aérienne permettait au joueur de visualiser l'ensemble de l'action.

En plus d'être un titre assez entrainant, Battle City doit sa popularité au fait qu'il apparaisse juste à côté du célébrissime Super Mario Bros. en première page des listes des cartouches de jeux de la Sega megadrive. C'est donc un nom qui est resté gravé dans l'inconscient collectif des gamers, comme c'est également le cas de :

Le jeu pouvait également se jouer à deux pour une expérience plus intéressante, et il faut noter les spécificités de chaque matériau de construction utilisé. En effet, ils ne pouvaient pas tous être détruits ou traversés, sauf en cas d'utilisation de certains power-ups.

Pac-Man (1980)

Pac-Man est le prototype même des cas de succès énorme sans grosse publicité au préalable. Le concept imaginé par Namco en 1980 est alors très simple : un cercle doté d'une bouche doit manger tous les points à l'écran tout en évitant de se faire toucher par des ennemis (des mini-fantômes en l'occurrence) qui le prennent en chasse.

Pour corser les choses, l'action se déroule dans un labyrinthe, avec des power-ups (les fameux pac-gommes) qui permettent de transformer les chasseurs en chassés durant le laps de temps où ils font effet. Tout le secret de l'immersion du jeu réside dans l'adrénaline générée par la course-poursuite permanente. Les effets sonores étaient également très entraînants.

Il y avait un mode « Deux joueurs » pour une expérience coopérative qui impliquait encore plus de stratégie et d'intelligence. Pac-Man, c'était l'occasion de se mesurer à ses amis et de vivre de supers moments de partage et de convivialité.

C'est indéniablement un grand classique du jeu vidéo au même titre que Minecraft ou Space Invaders, et il est lui aussi aisément entré dans la culture populaire mondiale. Le titre est accessible directement dans votre navigateur.

Quid des meilleurs jeux de casino rétro ?

Ceci n'était qu'un échantillon des meilleurs jeux vidéo rétro encore accessibles aujourd'hui sur certaines plateformes, et il y en a bien d'autres.

Des productions comme Les Sims (Maxis, Electronic Arts, The Sims Studio, dès 2000), The Legend of Zelda: Ocarina of Time (Nintendo, 1998), Metal Gear Solid (Konami,1999), Prince of Persia DOS (Brøderbund, 1989), Resident Evil 4 (Capcom, 2005), Tony Hawk's Pro Skater 2 (Neversoft, Activision, 2000), Burnout Revenge (Electronic Arts, Criterion Games, 2005) ont toutes marqué l'enfance de millions de gamers par leur niveau de qualité et d'immersion.

Le segment des jeux vidéo de console est loin d'être le seul où la culture du retrogaming est forte. En effet, les amateurs d'options de divertissement de casino en ligne ont aussi droit à leur lot de titres old school marquants. Des classiques de machines à sous gratuites et de poker en passant par ceux du jeu de la roulette et de blackjack, vous découvrirez des histoires et anecdotes qui vous offriront un beau voyage dans le temps.

Vous pouvez naviguer sur notre site pour en apprendre plus sur le domaine, et en profiter pour découvrir les généreux bonus de bienvenue disponibles pour se lancer dans des sessions lucratives.

Dernières nouvelles

 Fabrice Menard Fabrice Menard Propriétaire, éditeur et rédacteur

Fabrice MENARD est un auteur expérimenté qui côtoie l'industrie des jeux d'argent en ligne depuis plus de 8 ans. Propriétaire, éditeur et auteur de casinos-en-ligne.fr, c'est l'un des rares du domaine à mettre à la disposition des lecteurs un contenu 100% fiable et sans parti pris.

Lisez le profil complet de l'auteur